Partagez | .
 

 -- les topics de margot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

-----------------------




○ posts envoyés : 33
○ pseudo/prénom : sparrow ※ marion
○ avatar : sophia bush
○ multicomptes : joey carstairs (shantel vansanten)
○ crédits : ©my self (avatar) ⊹ tumblr (gifs) ⊹ stiliinskilydia (crackships)
I HATE YOU. I LOVE YOU.
✰ ✰

MessageSujet: -- les topics de margot   Mer 21 Nov - 19:11


You locked yourself in the bathroom Lying on the floor when I break through. I pull you in to feel your heartbeat can you hear me screaming please don't leave me. Hold on, I still want you, Come back, I still need you. Let me take your hand, I'll make it right, I swear to love you all my life. Hold on, I still need you. @chord overstreet

Des semaines, des jours entiers que Margot n'avait pas franchi le pas de cette porte, qu'elle ne s'était pas glissée sous ces draps prometteurs d'une nuit sans sommeil, qu'elle n'avait pas posé ses mains habiles sur cette peau marquée. Elle s'était faite silencieuse, moins présente, tel un fantôme qui disparaît dans la brume d'une nuit sans lune. La brune y avait pensé des heures avant d'oser franchir le pas de nouveau, avant de quitter sa maison et son mari, pour rejoindre l'amant. Les temps étaient durs, il fallait se montrer discrète. Cale se doutait, un peu ou pas du tout. Son esprit torturé lui jouait sans doute des tours. Elle se focalisait sur ce mensonge qui perdurait depuis un an, dans l'espoir qu'il s'essouffle au fur et à mesure de leurs étreintes. Mais il n'en était rien. Plus ils se voyaient, plus ils avaient envie de se voir. Un amour sans faille, ou presque, bercé par leurs coups au coeur et leurs mots doux. Un coup je t'aime, un coup je t'aime plus. Ils avaient toujours été comme ça, Saul et Margot. Ils s'étaient toujours tués à s'aimer. Des années en arrière et ils auraient ris si on leur avait dit. S'il voyait dans quel merdier ils s'étaient fourrés. Mariés à d'autres. L'ironie. Parce qu'ils savaient depuis le début qu'ils étaient fait pour être ensemble. Parce qu'ils le savaient depuis le début que les âmes soeurs c'est pour la vie. Sauf que le destin leur a joué des tours et les a séparé. Ce soir, ils en sont là, à se regarder dans le blanc des yeux, à s'aimer en secret, à se voir uniquement lorsque la nuit est tombée.

Elle s'amusait avec ces nerfs, enlaçait ses bras autour de son cou. Le besoin vivace de le sentir au plus près d'elle, au plus près de son palpitant qui ne cessait de battre une chamade rythmée. La bouche en coeur, le regard charbonneux et les paroles suaves, Magot le ligotait à son corps, elle restait pendu à ces lèvres. Promesse d'une nuit sans lendemain, promesse d'une éternité douce et passionnelle. Tu m'attendais alors ? Mensonge, elle le savait. Du moins, pour cette nuit. Il avait dû perdre espoir. Il avait dû se rendre à l'évidence que tout ceci n'était qu'une connerie de plus à leur palmarès. Saul glissait ses mains sur les courbes de Margot, et elle se laissait faire, se délectant de la moindre de ces caresses, l'échine en frisson et la bouche entrouverte. Y avait que lui pour lui faire cet effet. Y avait que lui qui la connaissait sur le bout des doigts. Cette proximité lui avait cruellement manqué. Tout de Saul lui manquait. Elle ne respirait plus sans lui, elle ne vivait plus. Et pourtant, ils étaient plus éloignés que jamais dans leurs vies respectives. Ledgers contre Wolves, la guerre avait commencé des années en arrière. Une histoire à la Roméo et Juliette qui les ferait surement rire si on leur disait. Une menace balancée en l'air, comme si de rien n'était. Ils jouaient l'un avec l'autre, réapprenaient à s'apprivoiser. Jamais elle n'oserait. Jamais elle n'y avait pensé une seule seconde. Tu ne devrais pas douter de mes talents. Margot en avait des tas, mais certainement pas celui de porter une arme entre ses doigts. Bien qu'en ce moment, ce don pourrait lui servir. Bien qu'en ce moment, sa vie ne tenait qu'à un fil. Les yeux dans les yeux, la belle se laissa bercer par les pupilles qui la toisaient avec force, sans sourciller. Des rêves plein la tête, des chimères surtout. Ils se créaient un monde plus doux où ils finissaient ensemble, avant que la réalité ne leur revienne en plein tronche, une fois le soleil levé. Le cou penché sur le côté, elle laissait son souffle effleuré sa peau. Enivrant. Mais il la rappela à la réalité. Ses intentions premières. Le pourquoi du comment Margot ne s'était pas glissée sous ses draps plus tôt. Pourquoi son absence avait été si longue. Rouvrant les yeux, la brune laissa ses doigts retombés le long de son torse et retrouva la couleur bleue de ses pupilles.

Parce que j'en avais besoin. La réponse était toute simple, toute faite. Margot n'avait pas de raison évidente quant à sa présence. C'était juste un besoin vital. Une envie pressente qui lui bouffait les entrailles. La belle remonta un de ses doigts jusqu'à la commissure des lèvres de Saul, qu'elle caressa en des cercles sinueux, se perdant face à visage trop familier. Ces traits, elle les connaissait mieux que personne. Bien mieux que celle qui partageait sa vie dorénavant. Une pensée qui lui arracha un cri du coeur. Ça n'aurait pas dû se terminer de cette manière. Ça n'aurait jamais dû arriver. J'pouvais pas. Cale commence à se douter de quelque chose. Et comme t'as dit, c'est dangereux dehors pour une Ledger. Ils ne prononçaient presque jamais les prénoms de leurs moitiés dans la vie. Ils ne parlaient pas de la réalité de leur vie. Ils se fermaient dans ce cercle vicieux et malsain de leur paradis. Comme si la réalité dite à haute voix, briserait tout. Elle le savait Margot, qu'elle mettait sa vie en danger en franchissant les limites invisibles d'un territoire qui ne lui appartenait pas. Mais ça en valait le coup. Ta vipère de femme t'as laissé tout seul ? Une question qui n'e était pas une. Sinon, Margot ne serait pas le coin. Elles posaient toutes les deux leurs mains sur le même homme, mais jamais au même moment. Jamais elles n'avaient partagé la même pièce et c'était mieux ainsi. Jalouse maladive, Margot l'égorgerait sur le champ, ne lui laissant pas le répit de se défendre. Un sourire étira ses lippes, tandis qu'elle penchait la tête sur le côté. Elle sait ? Elle se doute elle aussi que tu l'as trompe sans ménagement ? Il l'aimait lui aussi ? Il ne pouvait pas vivre sans elle, lui aussi ? Pourtant, Margot n'éprouvait aucuns remords vis à vis de Cale. Parce que Saul et elle, c'était routine, ça faisait des années. Et en silence, elle espérait lui faire du mal à Maxyn. En silence, elle espérait aussi en faire à Saul un petit peu, pour l'avoir trahi. Pour avoir poser un genoux à terre devant d'autres yeux. Pour avoir oser l'abandonner. Rancunière, piquante.


Dernière édition par Bobbi Oswald le Sam 24 Nov - 22:42, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

-----------------------




○ posts envoyés : 33
○ pseudo/prénom : sparrow ※ marion
○ avatar : sophia bush
○ multicomptes : joey carstairs (shantel vansanten)
○ crédits : ©my self (avatar) ⊹ tumblr (gifs) ⊹ stiliinskilydia (crackships)
I HATE YOU. I LOVE YOU.
✰ ✰

MessageSujet: Re: -- les topics de margot   Sam 24 Nov - 20:58


I'm always wondering, if it's ever gonna end. I can feel it in my bones, I can feel it in my bones. Standing in the dust Of what's left of us. Did we take too many chances. Did we let too many pass us. Did we throw it all away. Did we light too many matches, Turn ourselves into these ashes. @zayde wolf/ruelle

Les cris n'ont cessé de croitre en cette soirée pluvieuse et froide. Margot a haussé le ton de sa voix en premier. Assez, la belle en avait assez de ces râlements quotidien. De son mécontentement à son égard comme si elle n'était qu'un vulgaire bout de viande sans le moindre artifice, sans la moindre intelligence. Margot, elle était bien plus qu'une poupée au long cheveux bruns, elle était bien plus qu'une avocate menant de front une guerre qui n'était finalement, pas la sienne. Elle était une tempête sans fin. Un condensé d'émotions qui mettait tout à sac sur son passage. La goutte de trop ce soir. Comme souvent d'ailleurs. Ils se déchiraient pour un oui et pour un non. Là, il était question des allés et venus de la belle, tard dans la nuit. Des fois où elle découchait. Des fois où elle ne semblait pas l'aimer assez. Une guerre sans fin, puisque c'était souvent qu'elle lui faisait aussi le reproche le lendemain. Un doigt accusateur plus tard, une insulte balancée dans l'atmosphère pesante de cette baraque et Margot avait claqué la porte, laissant la pluie saccageait sa chevelure presque disciplinée. La veste en cuir sur les épaules, les talons qui claquent sur le pavé de l'entrée, la belle avait prit le chemin de sa voiture, réfugiant sa carcasse trempe dans l'habitacle. Un texto envoyé à Saul, mais rien, aucune réponse. Et lorsqu'elle n'avait son loup pour la réconforter, lorsqu'elle n'avait pas ses bras protecteurs pour la sauver, Margot, elle se réfugiait dans le seul endroit amical qu'elle connaissait. Elle se réfugiait aussi dans la seule chose qui ne la jugerait jamais, l'alcool. Direction le bar de son pote, direction l'ivresse des sentiments.

Le gouttes d'eau qui gouttaient dans son sillage, Margot pénétra dans le bar comme si c'était chez elle. Ça sentait le vieux type et la cigarette froide. Le vieux whisky et le chien mouillé. Le bar était presque vide. A part les habitués du coin qui ne dé saoulaient presque jamais. Son regard ne prit même pas la peine de contempler la vue, elle se fraya un chemin jusqu'au comptoir, posant ses fesses humides sur l'un des tabourets. Le mascara qui venait de couler dans le coin de ses yeux, donnant en pâture son âme au diable. Elle avait les yeux aussi noirs que l'enfer et la bouche aussi rouge que le sang, arborant un Chanel déconcertant. Barlow ! Qu'elle balança, alors qu'il lui tournait le dos. D'un signe de main, elle le commanda, un sourire en coin étirant ses lippes ravagées. Elle avait la mine des mauvais jours Ledger. Il fit volte face, scrutant la brune de toute sa hauteur. Tu m'sers un verre de vin blanc s'il te plait ? Adieu les salutations, les politesses de gens respectables, ça faisait un bail qu'ils ne s'emmerdaient plus avec ces futilités. Margot, elle le connaissait depuis des années, des lustres. Au moins autant que les frères Ledger qui pourrissaient sa vie. Oui, pourrir. Ce soir, elle n'était pas enclin à les aimer. Et lave mon verre avant, j'trouve que c'est pas très propre dans l'coin. Piquante et franche, comme toujours. Juste pour l'emmerder, encore un peu. La seule façon qu'elle avait trouvé de le saluer dignement. Ses doigts vernis de rouge vinrent claquer sur le bois du comptoir et elle y traça des cercles invisibles, attendant le breuvage qui comblerait sa soif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

-- les topics de margot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» margot robbie avatars
» Souligner liens des topics
» Décalage des catégories quand on lit les topics
» Ajouter un lien au presse papier de ceux qui ont copier coller l'un de mes topics
» Supprimer des topics avec un compte banni ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• FALLING TO PIECES :: FIRST YOU DREAM THEN YOU DIE :: margot ledger -- natalie portman-